Home Optic Indian remote sensing satellites pdf

Indian remote sensing satellites pdf

Un article de Wikipédia, l’encyclopédie libre. FASOR, lidar à fluorescence expérimental utilisé pour sonder la densité de la haute atmosphère en excitant les atomes de sodium. Deux lidars montés sur des télescopes tentent de indian remote sensing satellites pdf la distance Terre-Lune en visant les rétro-réflecteurs déposés sur la Lune par les missions Apollo.

Théodore Maiman sont exploités pour la télémétrie fine à grande distance. Le terme lidar couvre une très grande variété de systèmes de mesure à distance par laser. Mais ces systèmes sont parfois désignés autrement. Mais dans le domaine spectral visible, elle est beaucoup plus directive et elle peut interagir avec des objets de taille microscopique. Schéma général d’un système lidar et du principe de la mesure. Noter que l’émission et la réception peuvent utiliser la même optique. D’autre part, un filtrage de la lumière reçue est indispensable pour s’affranchir de la lumière de l’environnement, qui constitue un fort parasite.

L’impact de la lumière parasite en lidar cohérent est donc négligeable. Cet effet provoque un décalage en fréquence de l’onde réfléchie par un objet proportionnellement à sa vitesse en direction de l’observateur, dite vitesse radiale. Ce lidar balaye son environnement avec un faisceau laser et mesure pour chaque point balayé sa distance au lidar, permettant la reconstruction d’un modèle tridimensionnel de la scène. La précision de cette mesure est inversement proportionnelle à la durée de l’impulsion et augmente avec l’énergie que l’on est parvenu à récupérer sur le photodétecteur du lidar. Seul un dix-milliardième de l’énergie émise est récupérée à la réception.

Le laser émet de plusieurs dizaines à plusieurs centaines de milliers d’impulsions chaque seconde. Ceci permet la cartographie en 3D de la surface de la cible du lidar, avec une précision qui peut atteindre quelques centimètres, ou une portée qui peut atteindre plusieurs centaines de kilomètres pour des systèmes spatiaux. Dans ce dernier cas, on note l’utilisation de lidars à large empreinte et à « onde complète » qui extraient les structures de la même manière que les lidars atmosphériques détaillés ci-après. De par sa capacité à détecter un décalage en fréquence, le lidar à détection cohérente s’applique directement à la mesure de vitesse d’une cible dure. Sur des périodes longues, avec une émission laser continue visant une cible dure, on est ainsi capable de sonder des vitesses inférieures au micron par seconde. Ces applications sont toutefois relativement récentes et donc exploratoires.

Ces sections efficaces donnent une idée de l’ordre de grandeur des phénomènes d’interaction. On peut classer les lidars atmosphériques suivant le phénomène d’interaction observé. On étudie la rétrodiffusion directe des constituants de l’atmosphère à la même longueur d’onde que celle qui a été émise. Il faut user d’hypothèses simplificatrices pour la résoudre. Reconstitution du vecteur vent en 3 dimensions par un lidar vent mesurant la vitesse radiale par effet Doppler suivant différents axes. Le spectre de diffusion Raman consiste donc en une série de raies à des longueurs d’ondes particulières. C’est une « empreinte digitale » de la molécule.